28 août 2011

So long, farewell, auf Wiedersehen, adieu

Nous y voilà, mes amis... 2 ans et quelques mois après la création de ce blog, c'est maintenant qu'on se dit au revoir.

 

Je sens que les gens de la vraie vie vont me tomber dessus ! (le premier qui râle devra ouvrir un blog :))

 

Quand j'ai dit à Mister Purple que j'allais peut-être arrêter, il m'a regardé comme si j'avais volé le sac à main d'une vieille dame en fauteuil roulant.

 

Mais bon, on ne peut pas continuer juste pour faire plaisir aux autres.

 

Ce n’est pas que j’arrive au bout de mon inspiration : des conneries, je pourrais en écrire toute ma vie, je pense.

 

 

(vous allez manquer des trucs, c'est con. Par exemple, ce matin, je me suis réveillée avec l'idée du siècle : vider un placard de ma salle de bains pour y mettre mes sous-vêtements, parce que c'est bien connu que c'est dans la salle de bain qu'on est à poil, non ? Vous voyez, plein de trucs essentiels, quoi...)


Non, c’est que je rentre de fabuleuses vacances au Portugal avec la Dream Team et que j’angoisse déjà à l’idée de courir après ce qui nous fait défaut à tous : le temps.

 

Tenir un blog, ça n’a l’air de rien, mais c’est beaucoup beaucoup de temps : à rédiger, re-rédiger, à mettre en page, à prendre des photos et à les télécharger…


Et pas mal de culpabilité quand on n’est pas assidue. De toute façon, pour moi, un blog, ça doit boire du sang frais tous les jours, c’est comme ça que je vois les choses.

 

Là, tout de suite, je culpabilise d’arrêter, par exemple. Mais bon, il faut choisir ! Difficile d’avoir une vie amoureuse, sociale, de faire de la gym suédoise, d’aller au cinéma, de bosser parfois comme une forcenée, de DORMIR et de tenir un blog.

 

Tout ce que je peux dire, c’est que cet espace m’a offert des milliers de petits moments de bonheur, des rencontres virtuelles et réelles incroyables.

Écrire son petit bazar et être lue, c’est une sensation démentielle.

 

Si vous hésitez à vous lancer dans cette aventure, n’hésitez plus, c’est un régal.

 

Je sais que je vais regretter ma décision dès demain, mais je sais aussi que je vais regagner du temps pour moi.

 

Là, tout de suite, c'est vrai que j'ai l'impression de commettre un crime, mais ça va passer, hein ?

 

 

Tout ça ne sera pas sans conséquences :

 

-               - je vais poster (encore) plus de saloperies sur Facebook, ça va être l’enfer (malheureusement, tout le monde n'est pas sur Facebook, ici. Venez, on s'amuse bien, vraiment !)

 

-          - je vais devoir harceler de vraies personnes humaines avec les raisons de la suprématie des zombies, la palette rouge-corail des vernis Mavala et la beauté de mes chats

 

-              - je vais sûrement continuer à prendre en photo ce que je mange, les toilettes des restaus, les habits dans les boutiques...

 

C'est qu'on prend vite des habitudes, quand on a un blog.

 

Voilà, quoi, je vais plus être une fille à blog.

 

Il va falloir que je compense et je vais aller commenter comme une dingue chez les autres (non, parce que je vais pas en plus arrêter de lire les blogs des autres, t’es fou ?)

 

Je remercie tous les gens qui sont passés par là : les blogueuses, les serial commentateurs, les copains (Mumu, Sabry, merci pour vos compliments répétés, vous me touchâtes), les gens-que-je-croyais-qu'ils-lisaient-pas-du-tout-mon-blog-mais-en-fait-si (merde, c’est là que j’aurais du vous servir mon discours des Oscars, non ?).


Spéciale dédicace à Hyperscooops, le troll le plus minable de l’histoire de la blogosphère : où et qui que tu sois, je te souhaite une longue vie pleine d’ennui !

 

 

Et si vous voulez consommer du blog, voici mes conseils :

 

-          - si vous aimez la mode, allez chez Balibulle, la plus adorable des « big » stars du Net

 

-          - si vous aimez les filles qui analysent la mode, allez chez Marie, La Chic Fille, qui est aussi sexy qu’intelligente

 

      - si vous aimez les filles drôles et pas cons, allez chez Simone de Bougeoir et chez Le professeur Debbie

 

-          - si vous aimez vous faire pipi dessus en lisant le quotidien d’une nana qui aime les chaussures et pas les blogueuses ridicules, allez lire This shoes are not made for walking : Eve est complètement barrée et rien que pour cette découverte, je bénis la blogo

 

 

J’ai jamais aimé dire au revoir : je vous bise tous très fort et vous dis à bientôt, sur la toile ou dans la vie…

(gloups)

 

Edit (Piaf) : vous me foutez tous le doute, ici et dans la vraie vie.

 

 

Ayant moi-même décidé d'arrêter à contre-coeur, je sais plus trop.

 

 

Est-ce que ça vaut la peine de continuer en postant une fois par semaine (genre) ou est-ce que ça peut être tout pourri et tout frustrant ? Je réfléchis quelques jours (semaines) et je reviens vous dire.

 

 

En fait, j'ai fait tout ça pour choper Eve en amie sur Facebook.

 

 

Non, je déconne.

 

au revoir !

05 août 2011

Vacances J-1, j'oublie tout (sauf ma valise)

Allez hop, demain cap sur le bout du bout du sud-ouest du Portugal avec la Dream Team (amputée de 3 membres, vous allez nous manquer gravement, bandes de chacalous).

 

Dernier petit bilan fringues dans ma course vers une meilleure consommation.

 

 

J'ai quand même passé tout un après-midi à arpenter Oxford Street et je n'en ai rapporté que 3 articles !

 

- une énième paire de ballerines chair Topshop, que je ne nous montrerai pas sous peine de devenir la plus grande médiathèque de photos de ballerines du Web

 

- une veste Topshop qui m'a tapée dans l'oeil.

Je n'ai pas de veste noire, parce que la veste noire, ça peut être chiant.

Celle-là est dans la mouvance kimono, à la fois sobre, mais pas trop classique. Parfaite.

 VESTE.JPG

(oui, je suis chez mes parents, donc jardin, donc photos en extérieur)

 

 

- LE T-shirt à croix que je reluquais depuis un moment (chez Betty, notamment), trouvé par hasard chez Urban Outfitters, qui pose sagement (n'importe quoi) au côté du débardeur The Kooples que j'ai fini par acheter, en ayant patiemment attendu le bout du bout des soldes...

TEES.JPG

(oui, tout est froissé, valise oblige)

 

 

 

Et puis 2 jours avant le départ, on se demande toujours si nos amis vont toujours nous aimer si on leur ressort les mêmes robes de plage qu'il y a 2 ans (oui, mes amis me servent à plein de choses, ils font cendriers aussi).

 

 

Ça fait toujours du bien de partir avec un peu de nouveauté dans ces bagages (on en revient toujours au piège de la psychologie de la futilité) et comme j'ai passé une semaine à Toulouse (= étranger = boutiques pas comme à la maison = bien-être de la consommatrice), j'ai fait un peu de shopping dans des enseignes qu'on n'a évidemment pas à Paris (Zara/H&M).

 

Si on rajoute à ça que j'ai retrouvé une BFF pour se faire une virée shopping comme au bon vieux temps... voili voilou.

 

 

Mais j'ai été raisonnable et tout va être amorti !!! (et surtout une robe Zara va repartir d'où elle vient, après réflexion)

 

 

- le truc idéal, c'est de sortir d'une boutique avec une tenue déjà composée.


C'est le cas de celle-ci, qui va devenir un uniforme, je sens.


Après avoir râlé pendant 2 mois sur l'air de "mais ils font chier avec leurs shorts ! On n'est pas chez Victoria's secrets !", après avoir pesté 1000 fois en embarquant une ravissante robe en cabine pour me rendre compte au dernier moment que c'était un combishort, après avoir juré mes grands dieux chez Balibulle que les shorts et moi, c'était le blocage complet...

 

short tee+.jpg

 = le petit short parfait, qui cache ce qu'il y a à cacher (c'est-à-dire rien, bien sûr) avec le petit T-shirt blanc idéal, loose ce qu'il faut, tout fait idéal pour porter avec...

 

collier.jpg

 

Lui aussi, il me nargue depuis longtemps, mais sans bronzage, le fluo vous donne l'air de sortir d'un hibernage dans un congélo.

 

 

- faut bien un truc pour faire sa J-Lo aussi, donc moi j'ai choisi ce top Zara, manches chauve-souris, qui blouse de partout ("blouser" est un vieux terme désuet que j'aimerais voir revenir à la mode. Merci)

((à porter uniquement avec la main snob retournée))

top zara porté +.jpg

 

 

- et dans le reste de soldes, chez Zara,  pour 10 euros... la petite robe de plage qui va bien... pourquoi se priver ?

zara dix euros +.jpg

 

 

Voilou ! Demain m'attend un grand voyage à base d'avion, de bus et de voiture... espérons que j'arrive à destination !

 

J'essaierai de poster quelques photos si je parviens à me connecter.

 

 

Je vous signale que je ne vais plus pouvoir regarder Secret Story 5.

Je suis totalement accro et j'assume !

Miss you, Zarko et Zecko.

Envoyez-moi des tomates, je ferai un gaspacho !

 

 

 

 

 

Bonnes vacances à ceux qui partent, bon courage à ceux qui bossent et bon apéro à tous !

 

04 août 2011

Londres, si loin, si proche...

Chaque fois que je retourne à Londres, je me dis qu'on devrait en profiter plus souvent, nous, les parisiens.

La prescription d'un séjour par an me paraît honorable.

 

 DSC00634.JPG

 
Il faut quand même dire que si c'est commode géographiquement, ça n'est pas une destination bon marché pour autant :


- il est difficile de choper les billets Eurostar à 77 € aller/retour

- l'hôtellerie londonienne est un mystère : à moins de loger dans un hôtel très luxueux et donc très cher, il faut passer des heures à chercher le petit hôtel charment à prix moyen qui ne sera pas un taudis.

- forcément, on dépense un max en restaus (plus chers), en bières, en shopping et en sorties

 



Nous partîmes à 4 : Mister Purple, l'Homme-Concombre, l'Homme-Jukebox (oui, oui) et moi-même.


Départ vendredi matin, retour dimanche soir.


Décision de base : éviter les monuments et lieux touristiques vus et revus et redécouvrir de nouveaux quartiers au potentiel sous-exploité.

 

DSC00644.JPG



Voici notre petit planning (en gros), avec quelques chouettes adresses en bonus...



Notre hôtel : le Garden Court, parfaitement situé entre Bayswater et Notting Hill.


Un hôtel familial, propre, dont j'aurais volontiers volé les tapisseries.


140€ la chambre double.
Le bon plan pour faire des économies : les chambres avec salle de bain sur le palier à 90€. Je suis allée jeter un oeil et c'est en fait tout à fait faisable !


Les salles de bain "communes" sont très propres et peu de gens ont l'air de choisir cette option, donc c'est tout bénèf.

 

DSC00652.JPG

DSC01045.JPG

DSC00704.JPG

 

 

VENDREDI : SHOPPING


- passage obligé : shopping sur Oxford Street, au moins pour TOPSHOP et URBAN OUTFITTERS (j'ai dit "au moins")


((je n'ai acheté que 3 fringues, je vais demander la médaille d'honneur))

 

DSC00748.JPG

DSC00739.JPG

DSC00656.JPG

DSC00653.JPG

DSC01072.JPG



- dîner au Khans, excellent restau indien qui ne paie pas de mine, sur Westbourne Grove

(attention, on n'y sert pas d'alcool)



SAMEDI : NOTTING HILL



- réveil sur fond d'attentat en Norvège



- rendez-vous au TKTS pour acheter des places pour la comédie musicale du soir



- déjeuner au superbe pub "The Elgin"

 ELGIN.JPG

DSC00783.JPG

DSC00775.JPG

DSC00785.JPG



- Visite de Notting Hill et du marché de Portobello

DSC00826.JPG

DSC00804.JPG

DSC00793.JPG

DSC00819.JPG

DSC00843.JPG

DSC00875.JPG

DSC00898.JPG

DSC00970.JPG

DSC00969.JPG

DSC00942.JPG

DSC00963.JPG



- on croise Alan Ruck, merde !!!

826132_height370_width560.jpg



- course pour aller se changer à l'hôtel, où on apprend le décès d'Amy Winehouse, là, tout près de nous



- soirée au Palladium : "The Wizard of Oz", une merveille, un enchantement.
Je pleure 3 fois : Somewhere over the rainbow m'est toujours fatal.

 

(j'ai une nouvelle idole : Toto, le(s) chien(s))

wizard_1835436i.jpg

DSC00984.JPG

 

- dîner au japonais (il est tard et à Londres, on finit de manger assez tôt pour aller picoler)



- pub où on cherche l'alcool dans les cocktails (nous finissons par acheter des shots de tequila à une bimbo bulgare qui a des bouteilles accrochées à sa ceinture)



- finissage dans un super bar, dans une ruelle que je ne retrouverai jamais : ici, les bars ferment tôt, alors pour s'amuser plus et plus vite, les morceaux durent 10 secondes, tout en étant accélérés, les barmans sont hystériques...
C'est court mais intense et très sympa.



- observation du phénomène toujours fascinant des anglaises, le samedi soir (climax de la semaine).


Les robes font 2 cm².


Admiration face à cette liberté qu'on ne peut se permettre à Paris (admiration plutôt centrée sur l'évolution de l'espèce masculine britannique, donc).



DIMANCHE : LITTLE VENICE/CAMDEN



- super promenade en péniche/bus sur les canaux : adorables péniches, poules d'eau et leurs bébés, interrogation sur le bien-fondé écologique des lentilles d'eau.

 

DSC01119.JPG

DSC01124.JPG

DSC01146.JPG

DSC01171.JPG

DSC01151.JPG

DSC01156.JPG

DSC01202.JPG

 


- arrivée à Camden Town : bain de foule dont on s'extirpe pour aller déjeuner au Engineer Pub : un très bel endroit avec une équipe adorable (et de beaux clients).

((ils sont menacés d'expulsion par une grosse chaîne, vous pouvez signer la pétition !))

DSC01210.JPG

 



- folie du marché de Camden : c'est St Ouen en plus peuplé, mais aussi en plus intéressant, y a des tonnes de fringues franchement originales. Y en a juste trop partout.

DSC01253.JPG

 

DSC01244.JPG



- rencontre folle avec un couple très Kooples au sein duquel la blonde lutte pour ramasser son mec défoncé.



- découverte de cette merveille absolue qu'est le parc sur la colline de Primrose Hill : tout en pente, on est face à un sublime panorama de Londres, il fait beau, les anglais sont anglais, c'est chic et bucolique, je voudrais y venir tous les dimanche.

 DSC01240.JPG



- 2 fans inconsolables d'Amy Winehouse, complètement torchées, une bouteille de chagrin à la main, font signer aux gens une carte posthume.


L'une d'elles a encore sa mini-robe argentée de la veille.


On les retrouve, à la sortie, tête contre tête, sous un arbre.


Elles font mal au coeur, les chéries.


- Vite, à la gare : on dévalise le rayon bouffe de Marks & Spencers.


Je veux tout acheter.

DSC01265.JPG

 

See you next year, London !

02 août 2011

Finalement, je la hais

Y a trois semaines, je me suis décidée, comme souvent, avant l'été, à "sacrifier" ma longue tignasse... enfin, je voulais juste qu'on me refasse un dégradé sans toucher à la longueur, après 8 mois sans coiffeur.

 

En prenant une marge avant le départ en vacances, je me disais que la coupe aurait le temps de s'assouplir avant de partir (on sait tous qu'il faut minimum une semaine pour qu'une coupe "se fasse").

 

J'ai bien dit, en arrivant : "je ne veux surtout pas que le dégradé parte de trop hau et pas trop de volume sur le dessus".

 

+.JPG


Et voilà le travail : les cheveux les plus courts sont TRES courts.

Comme je suis une adulte, je n'ai pas fait de crise (oui, oui, depuis un certain temps, je pratique la relativisation capillaire).

 

Ça fait 3 semaines que je m'attache les cheveux au sortir du lit, parce que si je croise mon moi tecktonik dans le miroir, j'appelle les flics.

 

J'avais décidé que c'était pas grave (même si les vacances de mes cheveux sont gâchées), mais j'ai changé d'avis sur un point : machine de Jean-Louis David, si je te croise, je te casse les genoux.

 

(j'essaie de faire un post sur mon week-end londonien avant de partir loin !)

25 juillet 2011

27, so sad


20 juillet 2011

Dans mon I-pod

C'est aussi en juillet que je me rends compte que la dernière fois que j’ai changé la musique sur mon I-pod, c’était pas hier.

 

(en plus, j’ai pas mis les pieds au ciné depuis… 1 mois, catastrophe)


Alerte rouge. Rituel immuable : page Musique des Inrocks, cette amie qui me veut du bien et qui va me guider vers ce que je vais avoir envie d’écouter.

 

Parce qu’il n’y a pas d’endroit plus adapté pour écouter de la musique que les vacances, loin de chez soi, loin de la télé et de l’ordi, avec les copains autour et la tête DISPONIBLE.

 

Bon, alors, même s'il est toujours de mise d'avoir honte d'aimer les Black Eyed Peas, je continue à adorer tout ce qui sort de leur machine à tubes de façon inconditionnelle et assumée.


Je répète (pour ceux du fond qui auraient peut-être pas bien entendu) : si on aime bouger son popotin sur un truc qui ressemble de loin à de l'électro, c'est physiquement IMPOSSIBLE de ne pas aimer ce morceau.

 

Un jour, j'écrirai une thèse sur ces morceaux de dance qui mélange dansabilité et noirceur du synthé et sur la nostalgie triste qui se dégage des boîtes à rythmes.

Ou je la ferai écrire par Emilie Simon.

 

   

(pour info, la basse qui déchire s'entend très bien à 05:36)

 

 

 

 

Sachant évidemment que LA chanson de l'été, c'est eux :


 

 

 

Et que la chanson qui tourne en boucle chez moi, c'est celle du retour de Sophie Ellis-Bextor, qui a TOUT pigé...


 

 

 

Dans ma besace auditive, il y aura donc aussi :

 

 

Une figure du hip-hop, parce qu'il était temps

00-saul_williams-volcanic_sunlight-(web)-2011-cover.jpg

 

 

 

Le retour des enfants terribles

beastie b.jpg

 

 

De la découverte anglaise, même si j'ai peur que ça manque un peu de rythme pour moi (Metronomy, donc, comme la pochette ne le dit pas)

cover.jpg

 

 

 

De la sensualité new-yorkaise

Cults - Cults 2011 front.jpg

 

 

 

 

De l'électro française qui va ravir Mister Puple

(Sebastian)

sebastian.jpg

 

 

De la Sophie, vous avez compris pourquoi

Sophie Ellis-Bextor - Make A Scene.jpg

 

 

Le come-back d'un groupe chériii

Tahiti 80 The Past, The Present & The Possible Cover.jpg

 

 

 

Et il y aura même de la chanson française, histoire de voir

juliendoreofficiel-bichon.jpg

 

 

 

J'ai hésité avec Joseph d'Anvers, mais ça faisait trop, niveau quota.

Mais je l'ai vu en première partie : c'est vachement bien.

Joseph-dAnvers-Always-Better-Paranoid.jpg

17 juillet 2011

Sneaky July

 

Juillet, mois traître.

 

 

Le mois d’août et les VRAIES vacances pointent le bout de leur nez, là, au coin, on voit déjà bien leur petit museau.

On part faire des week-ends à droite à gauche : mariage, plage, campagne… ça a commencé à sentir le sable chaud tôt au mois de juin, même, cette année.

 

 

Mais voilà, c’est pas fini ! Faut bosser encore un peu, faut bien les payer, ces vacances. Sauf qu’on n’a plus trop de jus et qu’on a plutôt très envie de tous aller boire un coup en terrasse, mes copègues* et moi.

(bon, là, en plus, on se prend le retour de la pluie dans la tête, mais c’est une autre histoire, la terre en a besoin. Même si moi, je commence à peler du bronzage, y a plus d’saison, ma bonn’dame !)

 

 

Bref, juillet, chez moi, c’est aussi le moment où on se rend compte que le temps est passé comme ce monsieur :

 

flash.jpg


 

 

 

Alors, mon dernier « vrai » livre, c’était quand ?

 

Ah oui, plus ou moins cet hiver, quand j’ai fait ma petite fixette :

 

hornby.jpg


Quand j'aime un auteur, j’achète tous ses bouquins, au moins, je suis sûre de pas être déçue.

 

 

Ah si, j’ai lu aussi, il y a peu, sur les conseils plus qu’avisés d’une de mes copines, le livre qui devient ma bible après Le deuxième sexe :

 

293a3_couv-despentes-king-kong.jpg


Je n’ai jamais été attirée par Virginie Despentes avant ça, j’avais tort.


Ce livre est une petite bombe de vérité qu’on devrait mettre au programme dans les lycées. J’étais déjà conquise à la « cause des femmes » (féminisme n’est pas un gros mot, je le rappelle), mais ce bouquin m’a ouvert de nouvelles voies de réflexion, sur la prostitution, notamment.


Je ne débattrai pas du fond, parce que, d’abord, je suis toute seule pour débattre.

Et puis parce que si je dois me heurter à quelqu’un là-dessus, je peux monter en pression et c’est bientôt les vacances, souvenez-vous.

 

 

 

Cette même amie m’avait aussi parlé d’un autre bouquin génial, que je conseille moi aussi à celles que ça intéresse :

 

non.gif

 


Ecrit par une sociologue et formatrice d'auto-défense pour femmes, c’est un petit livre pratique à s’offrir entre copines (les mecs peuvent évidemment le lire, même si, personnellement, je reste persuadée que les plus grandes ennemies des femmes se cachent dans leurs rangs).


Tout le contraire des bouquins de développement personnel à deux balles ou des pamphlets sécuritaires qui foutent la trouille, c’est un livre rassurant qui décortique les mécanismes d’agression et de défense et qui donne des pistes pour se sortir d’une situation difficile quand on est une fille.

 

 

 

 

Sans aucun rapport, là, je suis en train de lire :

 

nick hornby,virginie despentes,kink kong theorie,non c'est non,irène zeilinger

 

 

Un livre dont j’ai lu beaucoup de bien chez Marie et Coline.

 

Le propos est louable et intéressant, mais je sais pas si j'arriverai au bout, parce que le ton « faites-ci, pas ça » m’exaspère totalement.

 

Le concept, en gros, c’est « débarrassez-vous d’un maximum d'objets pour être heureux ».

 

Bon, je crois qu’on peut le faire tout seul, finalement. Et surtout, chacun à sa sauce.

Parce que ne garder qu’une seule très belle armoire dans son salon, c’est bien beau, mais on est tous attachés à des objets de façon affective et ça, c’est totalement zappé dans son propos (avec moi, par exemple, vous avez affaire à quelqu’un qui ne parle JAMAIS mal à son ordinateur parce que c’est son ami et qui a gardé TOUS ses tickets de cinéma depuis « Basic Instinct »).

 

 

Et puis quand elle parle des pièces maîtresses d’une garde-robe, je pense qu’il y a de quoi collapser.

« De bons pantalons en laine fine, une veste de tweed pour l’hiver, une ou deux en lin pour l’été et les demi-saisons… ». Euh… oui, d’accord, si on est une châtelaine septuagénaire adepte de la chasse, ça peut passer.

Sinon, faut pas déconner. Où vont se nicher ma veste rose fluo de chez Zara et mes Puma dorées là-dedans ?

 

 

Non, non, mon projet « dépenser moins et mieux », je préfère le mener toute seule. Pas besoin de 300 pages de redite.

 

 

J’ai presque pas craqué pendant les soldes. Bon, ok, j’ai acheté un débardeur Kooples dont la madame squelette me faisait de l’œil depuis un bail.

Et j’ai fini par commander un sac à la Redoute mais à 15 EUROS ! (d’accord, j’ai pris 2 lampions choupinous pour pas payer les frais d’envoi, mais ils étaient pas à 20€ comme les très jolis que j'avais repérés mais 20€-pour-des-lampions-faut -pas-déconner).

 

 

((et aussi… surtout... je me suis "privée" parce que je vais à Londres le week-end prochain. Et là, je ne promets rien en terme de shopping. Enfin, si, je promets TOUT plutôt)).

 

 

 

Tout ça pour dire que mon bouquin de l’été sera…

 

nick hornby,virginie despentes,kink kong theorie,non c'est non,irène zeilinger

 

 

(c'est le film dans lequel est en train de tourner Brad Pitt. Qui est un idiot, puisqu'on a déjà TOUS compris que seul Tom Cruise était capable de jouer les types qui sauve le monde).

 

 

J’espère que le fil de Mel Brooks sera aussi inspiré que pour son excellentissime Guide de survie en territoire zombie.

 

 

Non, ça m’est toujours pas passé, les zombies, faut croire.

(en même temps, je dis que c'est mon livre de l'été, mais l'été, j'arrive jamais à lire, parce que les copains sont là, tout autour et que leur simple présence me déconcentre)

 

 

 

J’étais censée enchaîner sur tous les albums que j’ai à écouter, mais ce post est trop long.

 

Je reviendrai plus tard.

 

 

*nouveau mot-valise dont je vous laisse deviner le sens

 

16 juillet 2011

Attention, papa va doubler !

Une petite vidéo simple et bien fichue pour ceux qui auraient encore du mal à comprendre mon métier...


(je parle surtout des gens que je connais, malheureusement. Syndrome Chandler Bing)

 



15 juillet 2011

T'en veux, du 14 juillet ?

Presque en live, la blogueuse est encore sous perfusion de champagne...

 

On a beau dire : terrasse d'un appart très bien situé, amis, tortilla, gâteau, champagne et feu d'artifice, c'est la classe.

 

(sans oublier que ce soir, j'ai rencontré une mamie avec une super vue sur la Tour Eiffel qui baissait ses rideaux parce qu'elle était royaliste)

 

14 juillet, paris

14 juillet, paris

14 juillet, paris

14 juillet, paris

14 juillet, paris

12 juillet 2011

Hair

Les gens manuels me fascinent, parce que je suis incapable de découper un truc correctement.

 

Je suis souvent happée par les blogs de maquillage (allez, citons simplement Lisa Elridge et Timai, qui, en plus de parler beauté, est d'une poésie et d'un charme... c'en est énervant).

 

Jusqu'à présent, je regardais de temps en temps des vidéos de coiffure, au gré de mes envies...

 

Mais depuis quelques temps, j'ai trouvé LE coiffeur que tout le monde voudrait rien que pour soi : c'est Fred, http://cutbyfred.com.

 

Non seulement il coiffe la Paradis, la Belluci, la Laurent etc...

(c'est lui qui a coiffé LA Diane, à Cannes, avec ses jolies barrettes de danseuse : )

 

festival-de-cannes-2011-diane-kruger-10458217zensn_2041.jpg

 

 

Mais il nous montre surtout comment faire des choses superbes avec un peu d'imagination, 3 barrettes et un peigne.

 

Et moi, ça, ça me tue.

 

 Exemple-type : comme améliorer une queue de cheval toute simple ?

 

Heather from Cut by Fred on Vimeo.

 

 

Bref, les vidéos de Fred, c'est d'la bombe (Elnett).

 

 

En plus, il est adorable. C'est lui qui m'a conseillée de me coiffer toute seule, pour le mariage, et il a eu 100 fois raison. Je me suis déjà retrouvée avec un chignon coqué plein de laque, c'est vraiment pas beau à voir.

 

Ce garçon est bon à marier.

 

Depuis que j'ai découvert ce petit monde capillaire, je fais plein d'essais à base de tresse retournée, de chignonande romantique...

(J'ai tenté la "fishtail braid", mais elle aime pas trop les dégradés)

 

 

 

Moi qui suis dans une phase "consommons moins pour être heureux", voici un plaisir gratuit qui ne demande que de la créativité.

 

hair.jpg